• ...

    ...Aux Seins Ecrasés...    

         Mercredi 2 février...

     

    Seins de douceur, seins de chaleur, seins de cette petite poupée, dont les formes expriment la disproportion ;  erreur de la nature, la petite princesse demeure, paisible et pourtant si torturée. Elle aimerait savoir où se puise cette force qui implique d'aller de l'avant, quoi qu'il en coûte, lorsqu'elle exècre son propre pas... Elle va et vient, la petite femme, son ventre jubile, sa démarche se fait plus légère et son sourire  nerveux lorsqu'elle perçoit deux bras qui enserrent ses hanches, les enlaçant avec l'avidité du jeune homme vierge...

    La Petite Princesse ce soir dormira seule, toute seule, si seule... Son lit ressemble à cette étuve de bonheur et de délicatesse ; qu'il y fait chaud de revivre ces instants charnels ; qu'il y fait froid à s'y allonger seule, toute seule, désespéramment seule... Elle s'étendra par terre, après tout, elle ne mérite rien de cet apaisement offert par les draps, rien de ce paisible assourdissant des souvenirs passés et si présents à son cœur. Le bois à nouveau apaisera sa nuit, le sol revêt le charme de la Terre et la Terre la ramène à ses origines...
             Le miroir... terrible couperet que cette matière inanimée, froide, qui n'a de cesse de la juger. Le miroir est un instrument si pervers de l'âme humaine... Il déforme les mœurs, déshumanise l'homme, il crée ce mirage de perfection que nous tenons tous en estime et dont nous défendons la suprême beauté.

    Symbole d'un sort inique, portant en lui des desseins autres que ceux qui seraient scientifiques ; cette balance, mon poids ou masse, décrivant un supplice journalier dans lequel elle est lestée, abandonnée à elle-même, connaissant trop bien son cœur et trop peu son corps... Et ce tableau lui est familier. L'accoutumance se nourrie peut-être d'un manque de volonté, sûrement d'un déchirement d'enfance. Pourtant elle témoigne d'une vie. Elle aime cette vie, ce goût paradoxal à la maladie.

    « La bouche de l'anorexique hésite entre une machine à manger, une machine anale » écrivaient Deleuze et Guattari... Ses lèvres n'hésitaient plus, c'étaient des machines elles aussi ; elles connaissaient l'agonie de ses esprits et de son corps vis-à-vis de cette nourriture. Elles ne doutaient plus du mal qu'impliquait l'absorption, ne taisaient pas le bonheur du rejet...

    Il se trouvait derrière ce mécanisme humain qu'elle déréglait, un autre, dont elle n'était que la représentation, non le modèle « ...une machine à parler... ». Qui aurait pu croire qu'elle passe si longtemps à côté de cette troisième machine dont l'importance dans sa vie n'est plus à démontrer. Il existe dans ses mots peut-être plus que dans une tierce bouche l'expression d'un « absolu », ce berceau de son envie et de son « ça »...
                Messieurs expliquez moi enfin comment agit la bouche de la boulimique qu'elle est désormais ? Machine à ingurgiter ? Machine anale ? Machine à régurgiter ?... Ses lèvres sont à présent indécises, elles la perdent, elles veulent des prises de consciences et des maturités dans ses comportements. Elles dissimulent froidement les rapports avec sa mère et les autorités meurtrières qui sévissent sur ses brins de vie. Elles ne comprennent pas la souffrance comme elle s'anime dans son corps, provoquant larmes et incompréhensions...

    Ebauches...
                                                                                  Lundi 25 avril...
     
    Les autorités meurtrières,
    Inhibent nos pensées,
    Enfouissent nos vertus,
    Détruisent les confiances,
    Régissent nos pas.
    Nées des indifférences,
    Des perversions et des liens en « pyramides »,
    Les ondes d'interdits,
    Sévissent sur l'Homme comme autant de plaies,
    Vives et incurables.

     

     

    Mais elle ne veut pas se marginaliser, alors jamais elle ne parlera, jamais usage ne sera fait de cette machine qui révèle et attire les censures. Elle sera sage, comme les Autres, elle se taira, vivra son temps, sans doute moins, envahie de remords, cela contentera, plaira à une société de petits communistes implicites, semblables et similaires ; nous ferons de l'Homme une chose malléable si proche et pourtant si lointaine, perdue en paradoxes...

     

     

    Usage de cette Princesse pour un témoignage brut de mes esprits... Voici ici l'aveu le plus poignant que je puisse Vous témoigner. Des lettres cursives, que je souhaitais cachées au plus profond de mes tiroirs et bien plus encore de mon coeur. Et puis je les ai rouverts, le moment s'y prêtait. Les événements s'adaptent d'ailleurs au temps et non le contraire. C'est comme une folie, je peux tout dire dans la bouche de cette Princesse et me sens contrainte à tout taire dans la mienne. Alors j'use de ses lèvres à mon bon vouloir.

    Pareille à une princesse déchue en amour, désireuse de s'exprimer comme elle l'entend ; cela n'est pas toujours aisé, la critique en effet est rude et  elle s'illustre trop souvent par les Autres, ceux-là mêmes qui me sont proches. Alors de nouveaux personnages qui se manifestent à l'abri des censures d'ordres amicales. Pas de témoignage parce qu'il le faut mais parce que j'en ai envie...

     

    ***


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :