• ...

    « Maintenant que je tente de ne plus me soustraire à de l'arrogance d'auteur, que je ne prostitue plus rien, ni les mots, ni leur sens, mais que je me prostitue tout le temps, tu peux me dire, si je vaux mieux que ça, si je vaux mieux que Lui, où est mon prince charmant et où sont tous les sourires... ? »


    votre commentaire
  • Ce qui est certain, c'est que je ne désire aucune promesse de ce genre entre nous deux, pour deux raisons : premièrement je ne sais si je saurai l'honorer... Je ne sais pas notre avenir, je ne sais pas le mien non plus et je ne puis vous promettre de ne rencontrer personne, tous ceux qui vous diront de telles choses dans votre vie seront des menteurs. D'un autre côté je ne ressens de réel désir que pour vous et aujourd'hui je ne vois pas de raison pour que cela change.

    Secondement, vous même verrez qu'un jour, dans l'hypothèse où notre passion dure, vous voudrez essayer un autre homme, essayer d'autres mains car on ne peut conserver un désir pour une seule personne ; alors de là à céder il y a un pas...


    1 commentaire
  • ...

    L'étreinte physique terminée, nous étions spectateurs. Je regardais un peu autour, puis revenais, puis repartais, et mes yeux de me conduire n'importe où, le corps restant, campé, et je suis si bien. Le sourire anime mes lèvres et peut m'importe le reste, ou presque.

    Je crois que j'ai souhaité cela en début d'année, comme chaque année d'ailleurs, j'ai demandé à être heureuse, accomplie ; ce n'est pas simple affaire de me satisfaire, on me le rappellera souvent. Il m'arrive d'ironiser sur la question, me déclarant digne représentante de la condition féminine ; oui je suis chiante, je vis dans une autre sphère, ce n'est pas encore un monde propre (je dis « encore »), un paysage schizophrène tracé aux flancs de ma boîte crânienne ; non, c'est tout juste de quoi sustenter un besoin de marginalisation, ou éventuellement une peur... Je suis féministe, je ne lutte pas, comme souvent. Mes révoltes sont passives excepté dans ma poitrine.

    Dans ma poitrine il se passe des choses effrayantes. Dans ma poitrine. Ces choses-là sont redondantes, elles font de l'injuste équilibre entre les sexes les saillies de mon sein. A cause d'elles, mes traits n'affectent pas et jamais le détachement, je m'y suis résolue. C'est un défaut. Ma poitrine est le berceau de l'expression de toutes mes angoisses profondes ou non, de toutes les frustrations et autres sorts iniques qu'elle subit.  

    J'ai peur des extrêmes, pourtant je couche avec l'Anarchiste, pis (ou non...), je l'Aime. Je ne l'Aime pas encore, du moins. En fait si, j'Aime sa barbe ; lorsqu'il m'enserre et que je recule, j'Aime. J'Aime aussi qu'il m'appelle Galvin, je pense qu'il est touché par ce prénom, qu'il le touche, je ne saurais expliquer de quelle manière. Je l'Aime parce que persuadée qu'on Aime d'un coup, d'emblée, que l'Amour n'attend pas la stabilisation d'un couple ou le quotidien dans le couple. Je ne couche pas avec, mais plus tard. Plus tard cela va devenir l'exclusif échange que nous connaîtrons, mais là je ne sais pas, je ne savais pas. Fille parmi ses femmes, je n'ai pas su à ce moment là. Et lui il savait...

    Il connaissait les mouvements de sa vie, ses anarchies, ses politiques fiévreuses et le chaos seul qui en résultait. Il sait ce jour de notre rencontre, il sait que je ne serais jamais plus malheureuse et plus heureuse que sur cette saloperie de place.

    Et je me trompe. Il sait bien avant, il sait à nos décomptes de fées quelle souffrance animera ma chair à tenter inutilement d'échapper à mon sentiment.

    Pour la minute, je ri et je pleure peut-être, mais je dissimule la larme qui assaille ma joue. Nous buvons, café bien sur, dans le bar gay de la ville, je la découvre autrement cette Grande Ville, j'en parcours le dédalle comme jamais auparavant, il me mène d'un pas rassurant, assuré, et cela me plait. Il ne me dit pas quelle est cette haute sphère, privilégiée ou non, selon le point de vue, dans laquelle il évolue, il remet ce témoignage à plus tard, il s'excuse un peu, car il m'a promis un soir de me parler politique, il est pourtant lointain à ce propos, envie de me voir et de me sentir près de lui ; envie partagée...


    1 commentaire
  • ...

    ...Aux Seins Ecrasés...    

         Mercredi 2 février...

     

    Seins de douceur, seins de chaleur, seins de cette petite poupée, dont les formes expriment la disproportion ;  erreur de la nature, la petite princesse demeure, paisible et pourtant si torturée. Elle aimerait savoir où se puise cette force qui implique d'aller de l'avant, quoi qu'il en coûte, lorsqu'elle exècre son propre pas... Elle va et vient, la petite femme, son ventre jubile, sa démarche se fait plus légère et son sourire  nerveux lorsqu'elle perçoit deux bras qui enserrent ses hanches, les enlaçant avec l'avidité du jeune homme vierge...

    La Petite Princesse ce soir dormira seule, toute seule, si seule... Son lit ressemble à cette étuve de bonheur et de délicatesse ; qu'il y fait chaud de revivre ces instants charnels ; qu'il y fait froid à s'y allonger seule, toute seule, désespéramment seule... Elle s'étendra par terre, après tout, elle ne mérite rien de cet apaisement offert par les draps, rien de ce paisible assourdissant des souvenirs passés et si présents à son cœur. Le bois à nouveau apaisera sa nuit, le sol revêt le charme de la Terre et la Terre la ramène à ses origines...
             Le miroir... terrible couperet que cette matière inanimée, froide, qui n'a de cesse de la juger. Le miroir est un instrument si pervers de l'âme humaine... Il déforme les mœurs, déshumanise l'homme, il crée ce mirage de perfection que nous tenons tous en estime et dont nous défendons la suprême beauté.

    Symbole d'un sort inique, portant en lui des desseins autres que ceux qui seraient scientifiques ; cette balance, mon poids ou masse, décrivant un supplice journalier dans lequel elle est lestée, abandonnée à elle-même, connaissant trop bien son cœur et trop peu son corps... Et ce tableau lui est familier. L'accoutumance se nourrie peut-être d'un manque de volonté, sûrement d'un déchirement d'enfance. Pourtant elle témoigne d'une vie. Elle aime cette vie, ce goût paradoxal à la maladie.

    « La bouche de l'anorexique hésite entre une machine à manger, une machine anale » écrivaient Deleuze et Guattari... Ses lèvres n'hésitaient plus, c'étaient des machines elles aussi ; elles connaissaient l'agonie de ses esprits et de son corps vis-à-vis de cette nourriture. Elles ne doutaient plus du mal qu'impliquait l'absorption, ne taisaient pas le bonheur du rejet...

    Il se trouvait derrière ce mécanisme humain qu'elle déréglait, un autre, dont elle n'était que la représentation, non le modèle « ...une machine à parler... ». Qui aurait pu croire qu'elle passe si longtemps à côté de cette troisième machine dont l'importance dans sa vie n'est plus à démontrer. Il existe dans ses mots peut-être plus que dans une tierce bouche l'expression d'un « absolu », ce berceau de son envie et de son « ça »...
                Messieurs expliquez moi enfin comment agit la bouche de la boulimique qu'elle est désormais ? Machine à ingurgiter ? Machine anale ? Machine à régurgiter ?... Ses lèvres sont à présent indécises, elles la perdent, elles veulent des prises de consciences et des maturités dans ses comportements. Elles dissimulent froidement les rapports avec sa mère et les autorités meurtrières qui sévissent sur ses brins de vie. Elles ne comprennent pas la souffrance comme elle s'anime dans son corps, provoquant larmes et incompréhensions...

    Ebauches...
                                                                                  Lundi 25 avril...
     
    Les autorités meurtrières,
    Inhibent nos pensées,
    Enfouissent nos vertus,
    Détruisent les confiances,
    Régissent nos pas.
    Nées des indifférences,
    Des perversions et des liens en « pyramides »,
    Les ondes d'interdits,
    Sévissent sur l'Homme comme autant de plaies,
    Vives et incurables.

     

     

    Mais elle ne veut pas se marginaliser, alors jamais elle ne parlera, jamais usage ne sera fait de cette machine qui révèle et attire les censures. Elle sera sage, comme les Autres, elle se taira, vivra son temps, sans doute moins, envahie de remords, cela contentera, plaira à une société de petits communistes implicites, semblables et similaires ; nous ferons de l'Homme une chose malléable si proche et pourtant si lointaine, perdue en paradoxes...

     

     

    Usage de cette Princesse pour un témoignage brut de mes esprits... Voici ici l'aveu le plus poignant que je puisse Vous témoigner. Des lettres cursives, que je souhaitais cachées au plus profond de mes tiroirs et bien plus encore de mon coeur. Et puis je les ai rouverts, le moment s'y prêtait. Les événements s'adaptent d'ailleurs au temps et non le contraire. C'est comme une folie, je peux tout dire dans la bouche de cette Princesse et me sens contrainte à tout taire dans la mienne. Alors j'use de ses lèvres à mon bon vouloir.

    Pareille à une princesse déchue en amour, désireuse de s'exprimer comme elle l'entend ; cela n'est pas toujours aisé, la critique en effet est rude et  elle s'illustre trop souvent par les Autres, ceux-là mêmes qui me sont proches. Alors de nouveaux personnages qui se manifestent à l'abri des censures d'ordres amicales. Pas de témoignage parce qu'il le faut mais parce que j'en ai envie...

     

    ***


    votre commentaire
  • ...

    Mon corps représente beaucoup de « trucs ». Il n'est pas assemblé, ce corps... Le sexe tend à raccorder mes membres « Tu me plais, Galvin ». Le sexe impose d'autres problématiques plus casse-couilles...

                Mon corps ; c'est beaucoup de confrontations et peu de compréhension. Celle des Autres –si je jugeais qu'elle m'était nécessaire, ce qui n'arriverait jamais ; ainsi que le flou innocent dans lequel j'évolue. Je ne sais pas s'il faut unir à « coups de sexe», je n'ose penser à cette dépravation comme ultime secours, car alors je me tromperais sans doute. Je suis pure, pure comme les seins gonflés et minces, minces comme ceux d'une enfant.... Je chante le soir, je crapote une cigarette, de longues cigarettes, des Fines ; personne ne rie quand je crapote, car je crapote seule, au crépuscule, je m'élance dans les sursauts d'esprits d'Hölderlin et je ne comprends absolument rien, peu m'importe, je recherche les mots, leurs déchaînements en moi s'éveiller et je musique hors du temps, hors de ma lecture, musiquant jusqu'à plus voix, je crapote ma clope et je veux reconnaître cette image dépravé, imaginer ce rebelle me faire la cour gloutonnant d'alcoolisme sa bière, tandis que musiquant, mes pensées fuyardes impulsent à mes doigts la tonalité du clavier... cependant je l'ai oubliée...mes doigts n'ont de dextérité qu'à pianoter mollement à des heures mourantes du jour, le premier mouvement de la Sonate au Clair de Lune de Beethoven, ou presque... Il me manque la bière, ça ne viendra jamais, comme le café, mon corps les rejettera malgré tous mes besoins de « geste social ».

    Et mes réconciliations viendront après mes découvertes....

    Je suis lente dans mes parcours mais déjà je sens qu'ils sont différents, ils ont la puissance de mes maturités naissantes, de cette intelligence verticale, frontière méconnue entre inné et acquis. Je crée des liens discontinus ou non entre mes connaissances, liaisons nerveuses ou non. Je ne sollicite plus un génie, je forme du talent, du savoir ; je capture tout ce que l'univers me donne à aimer et à haïr dans un flot polysensoriel : des idées, des notions, complexes ou idiotes –j'apprends enfin à faire correctement mes lacets. J'ai la faculté d'enregistrer les mots d'un livre, les mots d'un Autre, culture dévorante lorsqu'elle se fait plus grande que celle de mes parents... Et le poids de l'expérience est la seule forme de respect qui m'est alors imposé –et je n'ai pas écrit que cela est négligeable.

    Je lis Cohen des heures durant sans autre plaisir que celui proposé par une lecture foisonnant de goûts ; et de bons ! Cette folie...c'est lui le fou, d'avoir pu croire possible de soumettre une pensée à des mots et d'en avoir enfanté ces phrases précieuses et longues, longues à tel point qu'on en distingue plus que le fond, plus de forme, et c'est un jeu dont il ne souffre nul échec, c'est un jeu sans borne, qui vagabonde la pensée au grès d'un verbe, d'un sujet et de milles ornements d'écrivain. Et ceux-là ne sont jamais inutiles...

    Ce fait ne se déroule qu'en l'appui de son emprise, tant physique que morale, jamais je n'en suis à l'abri et jamais je ne m'en remets en question. J'amasse, je lis de mes grands yeux tous ces mots qui se prostituent à moi, toutes ses belles phrases dérobées à plaisir et parfois je comprends... Mais surtout je touche, les éditions hors de prix offertes désormais par les salaires de mes parents, je lis, touchant la page, crissement subtil du papier à mes doigts, peu à peu desséchés par la lessive de mes sous-vêtements... La vodka s'immisce dans mon sang  et éveille mon sens auditif, l'odeur de la clope remonte lentement à mes narines et les souvenirs se réveillent brusquement : son parfum, la cigarette, effluve si simple à rappeler... Alors je fume...

    Et la frontière n'était pas facile à percer ; pour lui, c'était difficile. Elle a patienté la Petite Princesse aux seins écrasés, patienté quinze années percées et oubliées. La Petite Princesse. Elle n'a plus lu dès lors, mais dévoré, comme animée de mille passions nouvellement écloses, comme envie d'adopter des maturités, besoin de savoir un peu quand on arrêterait de tout lui expliquer...

    Un jour, peut-être je pousserais à hurlements les envies réprimées de mon corps, et il ne s'agit pas uniquement de littérature, il s'agit d'une dissidence passive que j'exècre ; devenant l'unique expression de ma pensée...


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique